CHRONIQUES SUR LE DEUIL

Paralysés par la peur

Après que la mort nous ait arraché une personne aimée, nous ne sommes pas surpris de ressentir une profonde tristesse. Mais que cette perte nous place devant beaucoup d'anxiété... Alors ça, bien souvent, on ne s'y attend pas. Ce décès vient pourtant chambouler complètement notre vie : notre quotidien ne sera plus jamais pareil, nos projets communs tombent à l'eau, nos responsabilités s'additionnent,... Et cela survient alors que nos forces sont à leur plus bas.

Nous nous retrouvons démunis, en plein cœur d'une tempête. Comment ne pas nous sentir menacés ? Quand notre vie bascule, n'est-ce pas légitime d'être secoués par de nombreuses inquiétudes ? Le deuil est certainement une période propice à la peur : peur de l'avenir, peur de devenir fous tellement nous souffrons, peur que la mort frappe encore, peur de ne pas être à la hauteur avec les enfants, peur de devoir nous débrouiller sans l'autre, peur de manquer d'argent,...

Le départ de l'autre nous précipite dans une nouvelle réalité, remplie d'incertitudes. Il est donc tout à fait normal de nous sentir déstabilisés et inquiets. Nous ne sommes ni faibles ni bizarres. Mais simplement humains. Trop souvent, nous sommes convaincus que nos peurs sont ridicules, qu'elles ne devraient pas être là. Plutôt que de les nier, pourrions-nous tolérer leur présence ? Accepterons-nous d'être angoissés pour un temps ?

Nous redoutons peut-être les nombreux inconforts qui se manifestent lorsque la peur nous habite. Nous sommes souvent très tendus et agités. Nous pouvons avoir des palpitations, des tremblements, d'affreux maux de tête, l'estomac à l'envers et de la difficulté à dormir. Ces réactions, bien qu'inoffensives, sont franchement désagréables et nous fournissons parfois beaucoup d'efforts afin de les éviter. C'est à se demander ce qui est le plus souffrant: Avoir peur ou craindre de ressentir nos peurs ? 

Mélissa Raymond
Travailleuse sociale
819.434.2033
melissa_raymond@outlook.com

Retour à la liste des chroniques

Mélissa Raymond
Chroniques par :

Mélissa Raymond

travailleuse sociale.

SOUTIEN AUX ENDEUILLÉS